Intel NUC 5th gen

Test Intel NUC de cinquième génération : Core i3 et Core i5

Depuis déjà plusieurs années, Intel commercialise les NUC, de « mini PC » particulièrement compacts et bien équipés. Ces petites machines sont essentiellement destinées à la bureautique et au multimédia mais leur usage peut être étendu à d’autres tâches. La dernière génération de NUC exploite des processeurs Core i3, Core i5 et Core i7 basés sur l’architecture Broadwell. Après un passage dans le labo, voici le test du NUC5i3RYH équipé d’un Core i3 et en prime du NUC5i5RYH doté d’un Core i5 avec dans les deux cas un emplacement pour disque dur 2 ½ pouces.

Intel NUC

NUC Kit DCCP847DYELes premiers NUC (pour Next Unit of Computing), équipés de processeurs Sandy Bridge, sont apparus en 2013. Afin de se placer de façon concurrentielle, Intel a positionné ses NUC à un prix équivalent à celui d’un boîtier et d’une carte mère comparables. Cette méthode, courante pour le fondeur de Santa Clara, a conduit assez rapidement les NUC vers la popularité. La qualité des matériaux et le design réussi ont bien entendu contribué à ce succès.

La gamme NUC dotée de processeurs Core de cinquième génération abrite des Core i3, Core i5 et même des Core i7. Le NUC5i3RYH qui nous intéresse aujourd’hui repose sur un Core i3-5010U, un Dual Core avec HyperThreading dont le TDP est de 15 watts. Le test du NUC5i5RYH n’était initialement pas prévu ; il a été prêté par un membre du forum. Il s’agit d’un même modèle mais équipé d’un Core i5-5250U.

NUC5i3RYH

Tous les NUC actuels sont équipés de deux banques pour des mémoires SoDimm DDR3L-1600 (uniquement 1,35 volt) et prennent en charge le Dual Channel. La connectique interne se compose d’un port M.2 et, uniquement sur certains modèles, d’une interface SATA 6 Gbps pour une unité 2 ½ pouces de 9,5 mm (actuellement pour une capacité maximale allant jusqu’à 2 To).

Le boîtier NUC mesure 115 x 111 x 48,7 mm. Il est construit en aluminium, sauf la partie supérieure qui est en plastique brillant. La face avant comporte deux ports USB 3.0 dont un conçu pour la recharge, un jack audio et le récepteur infrarouge. A l’arrière, on retrouve 2 ports USB 3.0, un port Ethernet Gigabit, un Mini HDMI 1.4a, un Mini DisplayPort 1.2 et le connecteur d’alimentation. Une encoche Kensington est placée dans le flanc droit. Les NUC5i3RYH et NUC5i5RYH intègrent également Bluetooth 4.0, le Wifi 802.11ac et le Wireless Display grâce à une puce Wireless-AC 7265 intégrée à la carte mère.

My NUC !

LBoite NUC5i3RYHors de la réception, le poids et la taille du colis contenant le NUC, 2 x 4 Go de DDR3L-1600 Crucial, un SSD Crucial M500 de 120 Go M.2 et le HDD Seagate SpinPoint M9T 2 To sont franchement surprenants. Une fois assemblé, en moins de 10 minutes, l’ensemble ne pèse que 710 grammes ! Soit dit en passant, Intel a vraiment soigné la documentation et la conception, rendant le montage d’un NUC accessible à tous.

Le NUC retenu pour le test initial est dédié à un usage un peu spécifique. Il va prendre la relève d’une bonne vieille tour qui assure le rôle de « serveur de fichiers et d’impression ». Exit la « midi tour ATX » de 490 x 450 x 210 mm, ses 10 Kg et les gros disques 3 ½ pouces. Pour cet usage, un NAS aurait pu faire l’affaire mais à titre personnel, je préfère la souplesse d’un « vrai PC ». Face à l’ancien PC, le NUC5i3RYH est incomparablement plus petit et plus léger !

Montage NUC

Premier démarrage

Deux nouvelles surprises : le ventilateur se fait trop entendre à mon goût et le système affiche une très belle interface graphique UEFI (similaire à celle des dernières cartes mères Intel). La navigation dans l’UEFI (BIOS) se fait très agréablement à la souris. Les réglages sont plutôt nombreux pour une machine de ce genre. La majorité des fonctionnalités additionnelles (Wifi, Bluetooth, infrarouge, LAN) peuvent être désactivées et les timings de la mémoire sont précisément réglables. Toutefois, pas question ici d’overclocking ! En même temps, ce n’est pas l’objectif de ce genre de machine…

UEFI NUC 5th gen

Concernant le bruit, Intel offre heureusement la possibilité de personnaliser le mode de fonctionnement du ventilateur qui tourne par défaut à ~3400 rpm. Une fois la vitesse réduite à 2000 rpm, le NUC devient quasi inaudible, ouf ! Au passage, la partie monitoring est très complète avec de jolis graphes en temps réels dans l’UEFI dignes d’une carte mère haut de gamme.

Connectique NUC

Dès l’installation de Windows 8.1 64 bits via une clé USB, un premier « défaut » se fait sentir : 4 ports USB, c’est quand même peu ! Un NUC n’a pas vraiment la vocation de devenir une « pieuvre » mais un clavier et une souris accaparent déjà la moitié des ports ! Ajoutez une imprimante et un smartphone/tablette connectés et il n’y a même plus de place pour une clé… Intel évoque des couvercles tiers pour ajouter des fonctions notamment le NFC et des ports USB grâce à des headers internes mais rien n’est encore disponible. Espérons que cette possibilité d’évolution soit exploitée à l’avenir. Heureusement, la majorité des écrans disposent d’un hub USB à 2 ou 4 ports.

Configurations de test

La machine de référence ne change pas, il s’agit toujours d’un Core i7 3770K installé sur une MSI Z77A-GD65 avec 2 x 4 Go de DDR3 1866 CL9 Crucial, une GeForce GTX 780 de référence et un bon vieux M4 de 256 Go. Le tout est installé dans une Cooler Master Silencio 550 avec une Cooler Master M2 620 Watts.

Suite au dépannage d’un Core 2 Quad Q9550 (2,83 GHz) monté sur une Asus P5Q avec 4 Go de DDR2 800 et une GeForce GTS 8800 et équipé de deux disques durs WD Blue de 320 Go, les résultats de cette machine testée sous Windows 8.1 64 bits sont inclus à titre indicatif.

Côté logiciel, tous les PC fonctionnent sous Windows 8.1 64 bits avec les dernières mises à jour. Les benchmarks utilisés sont pour la majorité gratuits, avec peu de réglages. Les tests sont facilement reproductibles et chacun peut donc les utiliser sur sa propre machine pour comparer avec nos résultats.

Le NUC5i3RYH dispose d’un Crucial M500 128 Go, de 2 x 4 Go de DDR3L 1600 CL11 et d’un Seagate SpinPoint M9T 2 To. Le NUC5i5RYH (merci Humf du forum) est équipé de 2 x 4 Go de DDR3L 1600 CL10 et d’un Samsung XP941 de 128 Go.

CPU Mark 99 : test processeur ALU single thread (gratuit et vieux mais toujours pratique)
FPU Mark 99 : test processeur FPU single thread (gratuit et vieux)
Fritz Chess Benchmark : test processeur, utilise le maximum de threads (gratuit)
LinX : test processeur, utilise le maximum de threads (gratuit)
H265 : test processeur max threads compression H265 (gratuit)
7Z : test processeur (dé)compression de données max threads (gratuit)
GeekBench : test processeur single et max threads (gratuit, testé avec la version 64 bits payante).
UserBenchMark : test processeur mono, quad et max threads (gratuit). D’autres composants peuvent être testés.
Cinebench R15 : test processeur max thread et test GPU Open GL (gratuit)
LuxMark 3 : test processeur et/ou processeur graphique OpenCL (gratuit)
AIDA 64 : test mémoire, caches et processeur. (payant pour toutes les fonctionnalités).
PassMark 8 : test des sous-systèmes (gratuit pendant 30 jours).
PC Mark 7 : test global (gratuit, payant pour toutes les fonctionnalités).
PC Mark 8 : test global (gratuit, payant pour toutes les fonctionnalités).
3DMark : test 3D (gratuit, payant pour toutes les fonctionnalités).

Test de performances

Par rapport à notre configuration de référence équipée d’un Core i7 3770K Quad Core avec HyperThreading, les performances du Core i3 de notre NUC peuvent sembler bien modestes surtout que le Core m 5Y10 de l’Asus UX305 vient parfois le talonner. Il ne faut cependant pas perdre certaines choses de vues. Ainsi, même si le Core i7 3770K n’est plus tout récent, il est très loin d’être dépassé. Par rapport aux petits « Broadwell », sa fréquence en mode turbo « approche » les 4 GHz, ce qui n’est pas loin du double de la fréquence max de ces deux autres processeurs… Quant au Core m 5Y10, il dispose d’un mode Turbo qui booste sa fréquence jusqu’à 2 GHz en mono tâche. Lorsque plus de threads interviennent, le Core i3-5010U (2,1 GHz) prend un net avantage sur le Core m dont le TDP est de seulement 5 Watts et la fréquence de base bien plus faible (800 MHz). Le Core i5-5250U profite d’une fréquence garantie de 1,6 GHz mais bénéficie d’un turbo à 2,7 GHz, ce qui explique son avance sur le Core i3-5010U et ses très bonnes prestations globales.

bench 1

bench 2

bench 3

bench 4

bench 5bench 6bench 7
Dans les tests single thread (CPU Mark, FPU Mark Geek Bench single, UserBenchMark), le Core i3 5010U offre ~60% des performances du Core i7 3770K. La part chute à 45% dans le test 4 thread du UserBenchMark et elle descend à ~30% dans les applications capables d’exploiter 8 threads (UserBenchMark, Fritz, H265, 7Z, Geek Bench, Cinebench, PassMark, Lux Mark 3). A l’usage, le Core i3 5010U est donc largement suffisant pour un usage bureautique et même plus… Le Core i5-5250U est lui nettement plus puissant avec des performances de 14 à presque 30% supérieures à celles du Core i3 5010U grâce à son mode Turbo. Il produit jusqu’à 81% des performances du Core i7 3770K en mono tâche, jusqu’à 47% sur 4 threads et jusqu’à 37% sur 8 threads. Par rapport au Core i3, les résultats sont plus variables selon l’activité du mode Turbo.

En 3D, l’HD Graphics 5500 du Core i3-5010U même avec 24 unités cadencées à 900 MHz reste une « HD Graphics ». Si Intel a fait des progrès énormes à chaque génération, comme le montre le score obtenu dans la scène très légère Ice Mark de 3D Mark, il ne faut pas en attendre grand-chose en jeu. D’ailleurs le nouveau test Sky Diver le confirme. Cadencé à 950 MHz et équipé de 48 unités de calcul, l’HD Graphics 6000 du Core i5-5250U se montre plus véloce de 23 à 61% dans les tests graphiques du 3D Mark. L’écart de performances entre l’HD Graphics 5500 et la 6000 est assez marqué au test GPGPU d’AIDA64 où la GT3 est 111% plus véloce que la GT2 soit exactement la différence de puissance brute !

Le SSD Crucial M500 de 120 Go offre des performances dans la moyenne pour un SSD de cette capacité. Son format ne change ici rien aux performances par rapport à une version classique. Le Samsung XP941 semble particulièrement performant à en juger par son score dans PassMark 8 et de l’indice PC Mark 7 (très dépendant du système de stockage) obtenu par le NUC5i5RYH.

Nuisances

Adaptateur NUCAu repos, le NUC5i3RYH consomme ~9 watts (avec un disque dur) mais cette valeur grimpe jusqu’à 30 watts lors d’un test de burn avec Prime95 et FurMark. Dans ce cas, la température du processeur se stabilise à 81°C et le ventilateur mouline à ~4000 rpm. Soumis à ces conditions extrêmes et non réalistes, le NUC devient alors clairement audible. Le niveau sonore maximum atteint 38 dB(A) à 20 cm avec le ventilateur à 100% soit 6400 rpm. Cette valeur n’a été atteinte qu’en forçant le ventilateur à 100% dans l’UEFI. Lors des benchs, le niveau sonore a rarement dépassé 36 dB(A).

Aucun throttle ne s’est produit pendant les essais extrêmes. Le disque dur qui se trouve dans le bas du NUC est dans un premier temps relativement peu touché par la hausse de température. Mais après plus d’une demi-heure, une partie de la chaleur finit par descendre et la température du HDD grimpe jusqu’à 40°C. Dans un NUC, le SSD M.2 est soumis à une température élevée qui atteint jusqu’à 50°C en charge et dépasse souvent 40°C au repos. Avec le ventilateur réglé à 2000 rpm minimum, les température au repos sont de l’ordre de 40°C pour le processeur et la carte mère.

Le NUC5i5RYH se comporte de la même façon. En effet, une grande partie de la consommation au repos incombe à d’autres éléments que le processeur et en charge, le Core i5 ayant le même TDP, la consommation totale est identique (seules les performances varient).

Le bloc d’alimentation externe est capable de délivrer 60 watts, il ne chauffe pas trop même lorsque le NUC est en « burn » et avec la capacité de fournir 2x la puissance maximale de la mini UC, il n’y a guère de souci à se faire.

Conclusion

NUC 5th genLe kit NUC NUC5i3RYH est un des plus abordables de la nouvelle gamme équipée de processeurs Broadwell. Au niveau du format, du design, de la qualité de construction et de celle des matériaux ainsi que de la facilité de montage, il n’y a rien à redire. Tout est vraiment soigné, un peu à l’image de la belle interface graphique de l’UEFI. Le bât blesse un peu au niveau de la connectique : 4 ports même USB 3.0, c’est peu. Une paire de ports supplémentaires, même en USB 2.0, serait la bienvenue. En attendant d’autres « couvercles », il faudra éventuellement utiliser un HUB externe ou passer par un clavier et une souris Bluetooth.

En usage normal, le NUC est inaudible une fois la vitesse du ventilateur réduite dans les réglages de l’UEFI. Il peut donc prendre place un peu n’importe où sans occasionner de gêne. Les performances sont de bon niveau et les bienfaits de Broadwell sont les bienvenus dans ce type de mini PC. Le Core i3 5010U permet de faire de la bureautique, même avancée, sans encombre. Bien que relativement véloce, l’HD Graphics 5500 n’est guère adaptée aux jeux mais s’en sort très bien en lecture vidéo. Avec un mode Turbo qui booste ses performances et une HD Graphics 6000, le Core i5-5250U du NUC5i5RYH est plus dynamique et devrait permettre de faire tourner de « petits » ou anciens jeux. Avec un écart de prix de 111 € (342 € pour le NUC5i3RYH et 453 € pour le NUC5i5RY – tarifs LDLC.be) soit 32%, la version Core i5 fait payer assez chèrement le supplément de puissance mais l’HD Graphics 6000 et le mode Turbo sont de bons avantages…

Depuis déjà plusieurs années, Intel commercialise les NUC, de « mini PC » particulièrement compacts et bien équipés. Ces petites machines sont essentiellement destinées à la bureautique et au multimédia mais leur usage peut être étendu à d’autres tâches. La dernière génération de NUC exploite des processeurs Core i3, Core i5 et Core i7 basés sur l’architecture Broadwell. Après un passage dans le labo, voici le test du NUC5i3RYH équipé d’un Core i3 et en prime du NUC5i5RYH doté d’un Core i5 avec dans les deux cas un emplacement pour disque dur 2 ½ pouces. Intel NUC Les premiers NUC…

Passage en revue

Performances Core i5
Performances Core i3
Qualité
Connectique
Ergonomoie

Recommandé !

Résumé : Au fil des évolutions, les NUC deviennent de plus en plus performants. Avec cette cinquième génération, l'agrément est vraiment au rendez-vous.

Note de l'utilisateur Soyez le premier ou la première !
76

Un commentaire

  1. La future machine pour mon papounet, en SD, IB, HW ou BW selon le marché de l’occaz.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


*