IMG0047950

Les Skylake-K sont de sortie…

Les premiers tests des processeurs Skylake-K ont été publiés notamment sur Hardware.fr, Tom’s Hardware, 59 Hardware et Le comptoir du hardware. Pour la petite histoire, Intel a eu du mal à passer au 14 nm avec des soucis de yield nettement plus importants que pour le 22 nm, ce qui explique l’arrivée relativement tardive de cette nouvelle finesse de gravure.

Le support LGA 1151 marque une sorte de retour en arrière avec un retour au VRM externe alors qu’Haswell avait introduit le VRM embarqué… Au chapitre des bonnes nouvelles, la liaison entre le processeur et le PCH passe en DMI 3.0 avec une bande passante doublé qui atteint à présent 4 Go/s. Dans la foulé, le PCH abandonne les lignes PCI-Express 2.0 au profit de 20 lignes PCI-Express 3.0 en plus de 16 lignes PCI-Express 3.0 du processeur. Cette fois, les cartes mères pourront proposer des ports M.2 PCI-Express 3.0 4x et permettre aux SSD NVMe de s’exprimer pleinement. Avec des débits en lecture dépassant 2,1 Go/s, ces SSD satureront vite le nouveau bus DMI 3.0 qui n’autorise que 4 Go/s… Petit détail à prendre en compte : les ports SATA n’opèrent plus qu’en AHCI, exit l’antique compatibilité IDE et les ports USB 3.0 font l’impasse sur l’EHCI au profit de l’xHCI.

z170

Côté processeur, Intel continue de filer des stéroïdes a ses iGPU avec jusqu’à 72 unités de calcul sur le GT4 contre 48 pour le GT3 ex-détenteur du record avec 48 UE. On peut s’interroger sur l’intérêt de cette manœuvre car même si les gains sont significatifs, les performances ne permettent pas de jouer (à moins de se contenter de graphismes d’un autre âge). Les Skylake-K embarquent une HD Graphic 530 (GT2 à 24 EU). Au niveau du CPU lui-même, on ne sait actuellement pas trop ce qui a changé ! Et oui, Intel n’a filé de doc à personne… Le géant a voulu faire coïncider le lancement avec une grand-messe du jeu vidéo. Les tests montrent cependant un retour à un cache L2 4ways contre 8ways depuis les premiers Core i7. En contrepartie, les performances en écriture de ce cache augmentent fortement et la latence baisse légèrement. Le cache L3 écrit lui aussi plus vite mais devient globalement un peu moins rapide.

Au niveau de la mémoire, la DDR4 n’apporte en l’état pas grand-chose. C’est cependant habituel : les modules de DDR3 sont plus qu’à maturité avec une fréquence élevée (2800) et des timings faibles (12-14-14). La DDR4 bien déjà popularisée par la plateforme Halo ne se montre plus véloce qu’à partir de 4000 en 15-15-15… Le contrôleur des Skylake prend en charge la DDR3 et la DDR4 et été optimisé pour cette dernière. Puis quitte à passer à Skylake, autant passer à la DDR4 ou reporter son achat.

Côté performances, les tests confirment un gain maximum de 10% à fréquence égale par rapport à la génération précédente. Le refrain commence d’ailleurs à être connu… Hardware.fr souligne un gain de 30,5% d’un Core i5 2500K à un Core i5 6600K. Les +10% à chaque génération finissent par creuser un bel écart. Le Core i7 6700K fait ~20% de mieux qu’un Core i7 4770K mais ne dépasse que de 6,5% un Core i7 4790K.

En l’absence de concurrence, Intel fait doucement évoluer ses processeurs comme bon lui semble… Les Skylake remplaceront donc progressivement les Haswell en offrant jusqu’à 10% de performances supplémentaire. C’en est presque soporifiques d’écrire une nouvelle fois la même chose ! Côte plateforme, le passage du PCH au DMI 3.0 et au PCI-Express 3.0 permettra d’exploiter les SSD NVMe M.2 en PCIe 3.0 4x.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


*