NVIDIA GeForce  GTX 970

GeForce GTX 970 : class action et lettre ouverte du CEO

N’y allons pas par quatre chemins, la GeForce GTX 970 est une bonne carte graphique et les tests publiés par nos nombreux confrères l’ont prouvé bien avant l’observation d’un comportement suspicieux. Quelques temps après la commercialisation de la GeForce GTX 970, des utilisateurs se sont rendu compte que la carte n’utilisait que trop rarement toute la mémoire graphique dont elle disposait. Après enquête, des dossiers synthétiques comme celui de notre confrère Hardware.fr mettent en évidence ce qui peut être qualifié de dol ! En effet, la GeForce GTX 970 est présentés comme une carte graphique équipé de 4 Go de mémoire, 2 Mo de cache et un bus mémoire 256 bits grâce à 64 ROPs. En pratique, elle ne dispose que de 56 ROPs, 1,75 Mo de cache et les 4 Go sont en fait 3,5 Go + 0,5 Go. L’adressage des 3,5 Go se fait via un bus en 224 bits tandis que les 512 Mo restant se contentent d’un accès en seulement 32 bits !

Pourquoi diable NVIDIA a-t-il voulu faire passer une carte en 224 bits pour une en 256 bits ? Des cartes comme la GeForce GTX 550 Ti ou la GeForce GTX 660 ont également une configuration mémoire comparable à celle de la GeForce GTX 970 mais elles ont été présentées correctement… Le marketing a certainement jugé qu’un bus 224 bits, 1,75 Mo de cache, 56 ROPs et 3,5 + 0,5 Go ne serait guère vendeur. NVIDIA s’est engagé sur une mauvaise pente et comme avec la fin de l’overclocking des GeForce GTX 900m, la communication a été en-dessous de tout. Voilà qui n’est pas sans rappeler le comportement de Samsung suite à aux déboires de ses SSD

Jen-Hsun Huang à propos des GeForce GTX 970

L’affaire a pris des proportions importantes aux Etats-Unis où une class action est en cours. Il n’en fallait pas plus pour sortir NVIDIA de son mutisme et inciter Jen-Hsun Huang à prendre la plume. Après quelques préliminaires pour expliquer les bienfaits de Maxwell et de besoins moindres en mémoire, le CEO de NVIDIA poursuit : « Plutôt que d’être enthousiasmé par le moyen que nous avons inventé pour augmenter la mémoire de la GeForce GTX de 3 à 4 Go, d’aucuns sont déçu parce que nous n’avons pas mieux décrit la segmentation du dernier Go de mémoire. C’est compréhensible ». La fin de la lettre ouverte explique qu’un tel problème ne se produira plus… Que cette réponse soit ou non satisfaisante, NVIDIA devra répondre de ses actes devant les tribunaux américains. Il suffisait pourtant simplement de présenter la vérité/réalité dès le départ pour éviter un épisode aussi déplorable à un produit plutôt sympathique…

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*


*